[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @

Message ou FAQ

 

Comment accepter ses critiques ?

Email en pied de message
Février 2010

Bonjour,
Je vous ai déjà écrit a deux reprises au cours de ces 5 dernières années, mon mari est de temps en temps violent, cette violence est croissante.
En décembre, il ma battue, nous étions dans latelier, seuls. Et 4 jours plus tard, jai fait de même sur mon fils de 9 ans!
Vous ne pouvez imaginer mon sentiment de culpabilité ! je narrête pas dy pense depuis, je nose pas en parler a mon fils. Je voudrais quil me pardonne, mais je ne veux pas quil trouve ça normal, je voudrais quil me réponde quil men veut, que la page ne sera pas tournée comme ça, simplement. Chose que je fais tous le temps avec mon mari. Je ne sais pas comment aborder le sujet, jai si peur et tellement honte.
Trois jours plus tard, mon mari remet la chose, mais pour la première fois devant les garçons. Avec étranglement, coup de pieds quand je suis parterre, crachat
Quelle image ont-ils de moi maintenant ? ils font comme si rien ne sest passe. Mais je sais que quelque chose sest passé, car je lai vécu.
Mon mari refuse den parler. Il dit que je provoque les choses, tout le temps. Est-ce vrai ? il est tout le temps déçu de moi, que je ne le seconde pas assez, quil est seul.
Finalement on a eu une conversation, je lui ai signifie que je ne voulais pas continuer comme cela, que je voulais une relation gratifiante. La conclusion cest quil ne tenait qua moi pour que ça fonctionne.
Est-ce vrai ? vais-je y arriver ? vais-je réussir a accepter ses critiques et les prendre positivement ? ou est-ce que tout va recommencer ? dois-je rentrer chez moi et avouer a tout le monde que ma vie est loin dêtre le rêve que je prétends vivre ?
Toutes ses questions sont évidemment rhétoriques, je nen attends dailleurs aucune réponse. Je suis inquiète sur léquilibre mental de mes enfants, ils paraissent ne pas être affectés par tous cela. Mais dans le futur quen sera-t-il ? dans leur relation avec les autres ?
Salutation,
O. vilolibo@yahoo.fr

Bonjour O,
Nous avions en effet longuement communiqué ensemble et je suis vraiment désolée que nos discussions n'aient pas eu l'effet escompté, c'est à dire la prise de conscience chez vous que la violence de votre époux ne peut, en aucun cas, trouver une justification ni de son point de vue à lui ni dans votre comportement à vous : la violence est un pis-aller ou pire une volonté de dominer l'autre sans souci du moindre respect.
Votre mari ne vous respecte pas : il agit avec vous comme si vous n'étiez pas un individu à part entière, comme si sa femme ne méritait pas considération.
Même si vous commettez par exemple des erreurs dans vos tâches, ce qui peut arriver à tout le monde et à lui aussi, il n'a pas à vous "corriger" car il n'en a pas le droit : vous êtes égaux, vous n'êtes pas sa subalterne et, même s'il estime que vous occupez une position subordonnée, il n'a pas le droit de vous mépriser et de vous frapper.
Malheureusement, vous tendez à reproduire le schéma qu'utilise à votre égard votre époux sur votre fils : énervée sans doute, vous avez perdu votre contrôle et l'avez frappé ; vous n'auriez pas fait la même chose par rapport à une autre personne ; vous avez agi ainsi parce qu'il s'agissait d'un enfant et que vous avez un certain pouvoir sur lui...
Heureusement, vous avez perçu immédiatement votre erreur et vous comprenez bien que ce mode de réaction n'est pas approprié.
Il faut, de la même façon, que votre mari comprenne aussi que sa conduite n'est pas appropriée.
Je ne vous encourage absolument pas dans votre objectif qui serait de "réussir à accepter ses critiques et les prendre positivement" mais je vous conseille d'affronter la réalité : oui, votre vie n'est pas le rêve que vous prétendez vivre.
Il est urgent de protéger vos enfants de la violence de leur père, même si cette violence ne se manifeste pas à leur encontre ; vous avez raison de vous poser des questions quant à la représentation qu'ils ont du couple parental, de votre position dans le couple, de la violence dont ils sont spectateurs.
Le fait qu'ils fassent "comme si rien ne s'était passé" ne doit pas vous rassurer.
Osez leur parler de ce qui est inacceptable avant qu'ils n'intériorisent ces schémas dans leur personnalité.
Et consultez un médecin pour eux et pour vous.
Ne pensez pas que le temps va arranger les choses...

Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @