[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @

Message ou FAQ

 

J'ai été agressée et violée par ce voisin

Email en pied de message
Février 2008

Bonjour,
Je vous adresse mon temoignage, voici deux ans un homme faisait le menage dans mon cartier, en septembre 2005 j'ai senti le regard de cet homme se posé sur moi, au début je n'avais aucune inquiétude j'en parlé même à mon mari.
Les mois ont passé cet homme me suivait partout , du moins quand son travail le lui permettait, jusqu'au jour ou cet homme en mai 2006 est m'interpellé dehors me demandant si j'étais mariee, lui m'expliqua qu'il était marié et avait trois grand enfants,
Ce jour en deux minutes il m'invita à prendre un café avec lui je lui rétorquais que non que j'étais bien mariée ma collègue me rejoindre permis d'écourter cette conversation avec cet homme,l'après midi on sonne à ma porte j'étais en prèsence de mon gendre il était 13 heures 45 environ je regarde par le judas et je me rencontre que cet homme c'est ou j'habite je comprends vite qu'il s'est pas mal de choses sur moi.
Je ne lui ouvre pas la porte il sonne trois fois je prétexte a mon gendre une manouche qui regarde si les maisons sont vides l'homme repart.
Le lendemain je tombe sur lui pour lui dire de quel droit s'est'il permis de venir cogner chez moi et comment a-t-il su ou j'habitais, il s'excuse je lui fait comprendre séchement de ne pas recommencer
Deux jours après on sonne à ma porte pensant que c'est mon gendre j'ouvre s'en me méfier, c'est l'homme du ménage qui se trouve la, il s'excuse de nouveau il me dit que je suis bien mariée que lui aussi qu'il est croyant et que jamais il n'a importuné de femme de sa vie, une voisine passe à ce moment la elle écoute il enjambe le pas dans mon entrée tout en discutant je ne cherche et croit en sa sincérité, je suis dans l'entrée avec lui, il continue son discours je lui dst juste qu'il n'aura rien en retour de moi ,que tout ceci en restera la, tout d'un coup il cherche à m'embrasser il me serre fort je me débats, tout mon corps est plaqué contre mon bureau qui est dans l'entrée, je ne peut plus bouger, à l'age de dix ans j'ai été violé par mon beau frère, j'ai l'impression de revivre ce même cauchemard, je suis paralysée je me rencontre que son sexe est sorti je détourne la tête , ne pouvant me posséder il se masturbe jusqu'à l'éjaculation après s'être soulager il range son et me dit qu'il n'est pas un PD.
Je suis anéantie j'ouvre la porte je lui fait comprendre de partir.
Je me sens honteuse meurtrie sale faible de lui avoir ouvrir la porte j'appelle mon mari qui rentre tout de suite comprenant qu'il de se passer quelle chose de grave.
Il rentre l'erreur je lui interdit d'allée lui cassé la figure ou d'aller à la police je ne veux que son réconfort tellement j'ai honte.
La vengeance fait place dans mon esprit après des recherches avec mon mari j'apprends son nom son adresse, nous écrivons une lettre recommandée à son épouse elle découvre que son mari depuis plusieurs mois chercher à la tromper et nous supplie de ne pas aller porter plainte car elle ne peut vivre sans les ressources de son mari, lui s'excuse il pleure nous jure comme ils sont croyant pratiquant qu'il ne recommencera jamais.
Les mois ont passés il continuait de temps à posé son regard sur moi mais ma fille aînée habitant dans le quartier était souvent avec que je me sentais en sécurite, jusqu'au jour ou je suis allée chercher une ordonnance dans la voiture de ma fille garée dans son parking souterrain il a recommencé et ce jour il m'a obligé à lui faire une fellation je me suis débattue, je me suis échappée, j'ai été prise de remords de ne pas avoir porté plainte la premiere fois , je suis allée a la police je ne me suis pas sentie comprise il n'ont pris qu'une main courante mon mari était avec moi il prenait cette histoire à la légère , je me suis sentie incomprise rentrée chez moi je me suis ouverte les veines emmené d'urgence à l'hopital , depuis six mois j'étais déjà arrêter pour dépression car mon médecin était au, courant, au bout de deux jours je suis ressortie de l'hôpital incomprise, plus rien n'allait j'allais me venger sur ses voitures , nous avons mon mari et moi menacez cet homme de ne plus travailler dans le quartier autrement se sera la fin pour lui
Cela a pourri ma vie en septembre a bout j'étais hospitalisée en psychothérapie je suis tombée sur très bonne psychiatre qui m'a fait comprendre que je n'étais pas coupable qu'il fallait que je porte plainte que mon mari et avons été aussi manipulé par son épouse qui aujourd'hui continue de me harceler en venant voir sa fille pour faire pression sur mais je ne céderai pas à leur pression, ma spy m'aide énormément dans ce sens et le juriste que nous sommes allés voir hier nous que cela était un viol aujourd'hui j'ai peur de ne pouvoir tenir le coup face à la loi pensez que je sois vraiment une victime et qu'il sera reconnu coupable car pour me reconstruire j'ai besoin aujourd'hui que la justice face son travail merci pour votre réponse

Bonjour,
Vous avez été bien conseillée par votre psy et par le juriste.
Assurément, vous avez subi un viol et vous pouvez porter plainte en écrivant par lettre recommandée avec accusé de réception au procureur de la république au tribunal de grande instance de votre département ; vous trouverez des conseils sur ces pages :
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_loi.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_rompre_silence.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_porter_plainte.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_procedure.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_consequences.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_abus_sexuels.htm
Certes, la procédure est longue et difficile et on n'est jamais certain du résultat mais je vous réaffirme que vous avez été victime de deux agressions sexuelles de la part de cet individu.
Vous avez le droit de faire entendre votre voix et je vous y encourage.
Surtout, faites vous accompagner et soutenir psychologiquement.
Courage.
Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

je vous écris à nouveau je suis angoissée j'attends une réponse du procureur de la république pour mon histoire j'ai été agressé chez moi l'homme s'est masturbé devant moi, car je lui ai refusé ses avances il venait soit disant s'excuser pour son comportement d'être venu sonné la veille chez moi c'est que je me suis rendu compte qu'il savait beaucoup de chose sur moi pendant huit mois travaillant dans le coin comme homme de ménage il me suivait et me regarder sans arrêt déjà depuis huit mois, au lieu d'allée porter plainte j'ai eu honte et je me suis venger avec l'aide de mon mari on a rechercher ou il habitait et son a on envoyé une lettre à sa femme mon erreur elle à chercher à me rencontrer et au lieu de me reconnaître en victime j'ai capitulé sur cette femme qui pleurer du comportement de son mari sans me soucier de moi nous nous sommes laisser manipuler mon mari et moi et du coup cette femme a bien su jouer son jeu et son mari aussi ils se disait croyant que c'était la premiere fois qu'il s'était interressé a une autre femme que lui qu'il avait eu un coup de foudre envers moi il voulait que l'on lui pardonne son geste je n'ai pas pu mais j'ai laissé tombé pour son épouse, quelques mois apres il a recommencé à me regarder de temps en temps quand il faisait j'essayer de le pieger je voulais prouver à sa femme qu'il recommençait elle ne me croyait pas elle s'était retourner vers son mari celui se sentant soutenu par sa femme recommencer son manège jusqu'au jour ou il m'a recoincé dans l'escalier de ma fille ou il faisait le ménage m'obligeant à vouloir lui faire une fellation il avait promis , honteuse culpabilisé de n'avoir pas écouté mon mari et d'avoir pensée à son épouse qui fut sa complice je ne pus me rendre à la police pensant qu'il n'allait pas me croire, car plusieurs fois j'étais aller les voir et à chaque ils me disaient qu'on ne peut interdire les gens de vous regarder .
après ma descente aux enfers est venu quand j'ai voulu porter plainte les flics m'ont agressée et après avoir déposé ma plainte je n'ai voulu la signée car je me sentais incomprise.
Après les vacances je repris le travail après un arrêt de six mois j'ai menacé mon agresseur et j'avais quand même réussi depuis juin à ce qu'il ne revienne pas travaillé dans le coin je l'avais menacé.
Sa femme et sa fille ont continuer leur harcélement sur moi leur fille m'a agressée verbalement j'ai fait une crise de panique je voulais en finir avec cette vie déjà en juin 2007 je m'étais ouvert les veines suite à ma porte plainte à la police ;
Eux m'avait convoquée pour septembre pour éclaircir cette histoire mais j'étais hospitalisé en hôpital pour dépression arrêter depuis j'ai été de nouveau hospitalisée huit jours en début décembre 2007 mais depuis novembre la police a envoyer ma plainte non signée au procureur moi sur les conseils d'un juriste j'ai envoyé une lettre au procureur lui avouant que la première agression n'était pas dehors mais chez moi
C'est avec l'aide de ma psy que j'ai réussi a dire toute la vérité et ne plus avoir honte, me reconnaître en temps que victime, aujourd'hui toujours en arrêt car en autre la dépression j'ai fait des calculs rénaux et des infections urinaire encore hier samedi sous antibiotique, ma vie est difficile car mes filles n'ont pas compris ma dépression une agée de 25 ans l'autre de20 ans, il n'y a derrière moi que mon mari et mon fils de 20 ans et j'ai un très grand soutient de ma psy, mais je ne me sens plus utile à cette vie les rapports sexuel sont inexistant dans mon couple et je ne sais si la loi va me reconnaître victime ; publiez mon message dans vos colonnes conseillez moi ; je dois je continuer à me battre pour me reconstruire,

Absolument, vous devez continuer à vous battre d'autant plus que, vous êtes soutenue par une partie de votre famille.
Vous avez aussi l'aide de votre psy.
Je crois que vous devez combattre sûrement et sans faiblir, ce sentiment de honte qui vous habite et vous empêche justement, de vous reconstruire.
Ce n'est pas vous qui avez commis une faute, ce n'est pas à vous de ressentir de la honte mais il est vrai, que cette situation vous est terriblement difficile parce que votre agresseur ne semble pas se rendre compte de la gravité des faits.
Attendez sereinement, si c'est "jamais possible", la réponse du procureur mais ne vous focalisez pas sur les conséquences de ce courrier.
Vous trouverez votre salut dans le travail thérapeutique que vous menez avec votre psy.

Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

Merci pour votre réponse aujourd'hui j'ai appelé le bureau du procureur ils m'ont dit que ma plainte été bien enregistrée depuis deux jours elle se trouve sur le bureau du procureur, il faut au moins un mois avant qu'il prenne une décision j'espère que ma vie se reconstruira grace a l'intervention de la loi comme j'ai été violée aussi à l'age de dix ans par mon beau frère et que je me suis tue j'espère qu'aujourd'hui on va me laisser me battre contre mon agresseur et que la loi me rendra justice, que mon travail avec ma psy s'avérera récompensé car je lui dois aujourd'hui d'être encore de ce monde et d'aimer encore mon mari malgrè mes difficultés a me reconstruire, je ne remercierai jamais assez des personnes comme vous à l'écoute de gens en souffrance , je vous tiendrez au courant des suites de mon affaire, je vous souhaite tous mes bons voeux

Merci et prenez patience ; effectivement, la justice nécessite des délais conséquents.
Votre traumatisme infantile est certainement une des raisons de votre grande émotivité actuelle ; l'acte auquel vous avez été récemment confrontée a "renouvelé" le traumatisme passé et réveillé des craintes légitimes.
Tenez moi au courant de la procédure de justice et je vous souhaite du courage pour les jours à venir ; tenez bon.

Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

Bonjour, je vous adresse une nouvelle fois votre aide, voila j'habite en yvelines pres de poissy j'aimerai si vous le pouvez me renseigner sur des groupes de paroles de femmes agressées ou violées sexuellement avec qui je pourrai parler et rencontrer qui ont vecu les mêmes problémes que moi qui ont surtout porté plainte m'expliquant comment cela se déroule et quels comportement avoir et ce qu'il faut dire ou faire si ma porte plainte avait des suites, c'est ma psy qui m'a recommandée de rechercher un groupe de parole de femmes mais je n'arrive pas à en trouver merci pour votre aide si vous pouvez me renseigner dans ce sens .
catherine

Bonjour,
Pour ce qui est du processus du dépôt de plainte, vous aurez un aperçu en lisant ces pages :
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_porter_plainte.htm
* http://www.sosfemmes.com/violences/viol_procedure.htm
En ce qui concerne les groupes de paroles (c'est une très bonne idée), contactez cette association nationale ; elle en organise et pourra peut-être vous orienter sur votre région :
* http://www.cfcv.asso.fr/

Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil


Bonjour , je vous adresse de mes nouvelles je n'ai toujours pas reçu de nouvelles du procureur patiente, en ce moment je suis prise de panique chaque soir car je réalise que l'homme qui m'a agressée à fait énormément de dégats sur moi mais aussi sur ma famille que j'ai oublié durant presque deux ans , aujourd'hui je me sors petit à petit de ma dépression l'une de mes filles aînée âgée de vingt ans à tout abandonner son bts en alternance voyant ma souffrance elle ne pouvait supporter cela elle a réagit à sa façon, ma voisine ma avouée que voiçi quinze jours elle à surpris mon mari les larmes aux yeux ,cette nuit le cafard m'a pris je pleurai tout ce que je savais pour évacuer pour évacuer mon angoisse, j'ai pris conscience que cet homme ne m'a détruite que physiquement et moralement mais ainsi que ma famille j'espère que la loi m'entendra pour que je puisse démontrer que ses actes ont eu d'énormes répercutions sur moi et ma famille , aujourd'hui je me rencontre qu'il faut que je me batte pour moi et que j'ai un autre combat pour mon mari et mes enfants, je viens d'apprendre hier que je vais être de nouveau grand-mère pour la deuxième fois j'espère que l'arrivée de cet enfant ramènera du bonheur au sein de ma famille mais je me bats pour améliorer tout cela j'espère obtenir justice mais ma plus grand victoire est de me reconstruire personnellement et que je reconstruise ma famille, j'ouvre les yeux des actes d'abus sexuels n'atteignent pas que la victime mais aussi toutes les personnes qui l'aiment j'en fais l'amère expérience aujourd'hui, je voudrez laisser un message d'espoir à tous, ne restez pas seul faites vous aidez,voici un je voulais mourir , aujourd'hui je me rhabille, me maquille j'existe de nouveau depuis environ deux semaines cela est dur car j'ai toujours était une femme de tête, mais le combat en vaut la peine.
Je remercie encore ce site pour ses conseils et son soutien.
A bientôt, une petite réponse de votre part me ravirait
CATHERINE

Bonjour,
Il me semble qu'effectivement vous remontez la pente et qu'en prenant conscience que votre souffrance atteint aussi votre famille vous vous donnez les moyens de réagir par une reprise de confiance en vous, afin aussi de "protéger" vos proches ; vous êtes estimable et l'amour, l'attention, dont vous êtes entourée le prouve...
Essayez de faire en sorte que votre fille reprenne ses études ; un BTS constitue une certaine assurance pour l'avenir et il serait dommage qu'elle abandonne ; si vous le pouvez, ne permettez pas cela...
Par rapport à la justice, il faut être patiente : les processus sont souvent très longs.
Souhaitez vous que nous mettions votre témoignage en ligne ?
Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

Je vous adresse ce petit mot, un petit moment de solitude, je continue de lutter avec moi-même, je ne veux retomber dans cette dépression, qui m'a détruite moralement et physiquement, aujourd'hui il m'est encore difficile pour ne pas sombrer de nouveau, depuis que la justice à classé l'affaire contre mon agresseur, mais ma plus grande victoire est que cet homme à tout perdu, son travail après une lutte acharnée contre lui, je n'ai jamais cédé malgré sa manipulation ainsi que celle de son épouse que j'ai pris pour une victime fut un temps en oubliant que la vrai victime était moi, j'ai travaillé cette faiblesse avec ma psy, elle m'a appris à savoir oublier les autres et savoir penser qu'a ma souffrance.
Je pense reprendre mon travail début mars, je pense être sur la bonne voix, il n'y a qu'une seule ombre à mon tableau malgré son soutient depuis le début il à toujours était la, il gentil , doux compréhensif, je suis âgée de 46 ans, lui 48 ans nous sommes mariés depuis 27 ans jamais d'ombre à notre couple, avant ces agressions car l'homme à recommencé une deuxième fois en six mois d'intervalles, mon mari et moi-même nous nous aimions énormément une entente parfaite physiquement , aujourd'hui j'ai peur de moi, je pleure souvent,car je n'arrive plus à ressentir des sentiments pour lui on dirait que ma sexualité est morte et que je n'ai plus d'amour pour lui, qu'il ne me reste plus que de la tendresse car il est doux patient,je n'arrive pas à comprendre comment m'aime t'il autant, je ne refuse aucun aucune bise ni des intentions de sa part, mais j'ai énormément de mal à penser à l'acte on dirait que cela m'indiffère pourtant nous avons eu depuis plusieurs des rapports durant lesquelles je ressens des sensations et aucun dégoût venant de lui, j'ai mal de ressentir cela je n'arrive pas à comprendre mes intentions pourtant je lis dans son regard de la tristesse par moment j'aimerai savoir ou j'en suis est-ce normal , ma réaction est-elle dut aux effets psychologique que j'ai subi ou peut-être les cachets que je prends pour dormir car je n'arrive pas à m'endormir sans aide, la journée je ne prends plus rien, je fourni de grands efforts beaucoup de choses sont une réussite,mais sur ce plan je ne sais ce qui ce passe en moi,je sors avec mon mari je fais tout avec lui, avec énormément de plaisir mais il y a un petit problème, je n'arrive à plus rien comprendre,car pour moi l'amour est spontané et la je ne sais plus, c'est dur mais ne croyait pas je continu de battre pour ceux que j'aime .cet homme ma fait beaucoup de mal quand il m'a agressée mais ma plus grande victoire est de regagnée le plaisir de vivre et je sais que je suis sur la bonne voix , cet homme n'a pas réussi complètement de me détruire.
J'attends un petit conseil de votre part si vous le pouvez que dois-je faire et est-ce normal, merci d'avance pour votre réponse.
CATHERINE

Bonjour,
Il se peut que plus ou moins inconsciemment vous ressentiez un vague sentiment de culpabilitéà la suite de ces agressions qui ont pu perturber l'image que vous avez de vous-même ; c'est en tout cas souvent le fait des agressions sexuelles, où la victime se sent mise en cause dans ses représentations et ses rapports avec son corps et la sexualité.
Comme si, par le simple fait d'être femme et d'avoir suscité le désir, l'envie, elle avait commis une faute.
Evidemment, vous n'avez aucune responsabilité dans ce qui est arrivé et c'est de cela dont vous devez vous persuadez : vous n'êtes pas la personne par qui le "mal" arrive ; c'est simplement la faute à "pas de chance" dans la mesure où cet individu s'est trouvé sur votre chemin.
Mais vous pourriez avoir besoin d'un soutien psychologique qui vous aiderait à verbaliser vos émotions et à mettre de la distance entre les actes et votre corps, de manière à admettre que ce corps, justement, n'est pas fautif :
* http://www.sosfemmes.com/ressources/contacts_psys.htm
Cordialement,
Chantal POIGNANT
Conseil

Merci pour votre réponse et voila les mots qui correspondent parfaitement à mon raisonnement du moment, vous avez tout à fait exprimer par vos mots, ce que je ressens, j'en avais discuté avec mon mari sans pouvoir exactement trouver la phrase comme si par le simple fait d'avoir suscité le plaisir, l'envie j'avais commis une faute, il faut qu'aujourd'hui j'efface de mon esprit ce ressentiment, je vous remercie pour votre aide, vous venez de confirmer ce que je pensais, je n'arrivais pas à porter des mots sur mon comportement, vous ne pouvez vous rendre compte du bien que vous avez suscité au fond de moi, je me sens enfin libre, j'ai même pris l'initiative d'aller vers mon mari et de l'embrasser, vos mots m'ont démontré que l'amour que je porte à mon mari est toujours en moi et que jamais personne ne pourra détruire cela, la preuve est que nous avons fait trois beaux enfants issu de notre amour qui ont souffert aussi du mal être de leur maman, aujourd'hui mon combat et de rattraper tout se désarroi, chaque jour qui passe est un combat,mais il vaut la peine que l'on se batte pour cette vie qui parfois nous entraîne sur un chemin sombre ou ne percevons pas le bout du tunnel vers cette lumière qui nous appelle à la vie, malheureusement il faut admettre que parfois l'aide de personnes comme vous nous est indispensable, il m'a fallut deux séjours en hôpital à ma demande,j'y ai rencontré beaucoup de personnes en souffrance qui malheureusement n'ont pas la chance d'avoir un mari qui comprenne leur douleur,une psychiatre d'une générosité et d'une écoute exemplaire à qui aujourd'hui je lui dois peut-être d'être la , de pouvoir aimer de nouveau, de s'intéresser au monde extérieur et d'apprendre à vivre avec cette blessure, de pouvoir se tourner vers une autre écoute malgré l'aide de toute l'équipe médical qui m'a soutenu dans mon combat aussi bien physique que moral, j'ai su aller vers d'autres gens comme vous qui ont complété ma thérapie.
Je voudrai que vous publier mon message si vous le jugez juste.
A vous qui souffrez laisser ouvrir cette porte que vous croyez fermée à jamais, sachez qu'il y a des gens comme sos femmes accueil ou ma psy ainsi que tout le service médical qui sont la pour nous aider, ne pas à oublier notre terrible histoire mais vivre avec, à accepter que le monde est parfois cruel mais que sur cette terre il y a des gens qui ont un cur qui se battent pour des personnes comme nous meurtri pour avoir rencontrer sur notre chemin un ou des êtres ignobles avec aucune moralité, voici un an je voulais en finir , me sentant incomprise ce qui était faux, parler, hurler, n'attendait pas que la justice agisse car parfois par manque de preuve l'affaire est classée sans suite, mais ne laissez personne vous détruire en vous il reste encore la vie même si vous avez du mal à l' accepter encore aujourd'hui, ne baissez pas les bras, le combat est dur,mais il vaut la peine de se battre,laissez vous aider,ouvrez votre cur, votre âme, si une porte se ferme, allez en ouvrir une autre ce combat il n'y a que vous qui pouvez le gagner courage à tous.

cquevenne@free.fr

[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @