[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @

Message ou FAQ

 

Je suis la reine du mensonge

Email en pied de message
Janvier 2008

Bonjour,

Tout d'abord je vous autorise expréssement à publier mon histoire sur votre site.

Voilà je m'appelle disons Jade, j'ai 27 ans et me suis mariée cette année joint depuis 10 longues années. Je l'ai connu à 17 ans époque ou étant très jeune je ne comprenais pas grand chose à la vie. Je suis née dans une famille aisée et très affectueuse aimante, j'ai toujours été choyée. Voulant peut-être échapper à cela j'ai choisi un jeune homme (nous avons le même âge) d'un statut social beaucoup plus simple que moi. Les débuts de relation étaient déjà assez chaotique, la première gifle je l'ai reçue quelques mois plutard. Comme m'a mère m'eu dit petite (elle est très féministe) il ne faut jamais accepter la première gifle...
Ensuite, l'escalade à commencé, il a vécu lui même la violence conjuguale car son père frappe sa mère. J'ai eu mon adorable fille en 2005, elle a redonner un sens à ma vie, et je me suis marié quand même sachant jusque devant le prètre je faisait une erreur, j'ai pleuré le jour de mon mariage car je ne voulait pas mais je l'ai fait quand même car je suis la reine du mensonge et des apparences, je suis tellement lâche je me deteste. J'étais très gaie je suis devenue triste presque morte. Il me bat rarement (4 ou 5 fois par an) le reste du temps se sont des insultes épouvantables hier soir encore parce que j'ai soupiré il ma dit :
tu soupirerai dans le cul de ta salope de mere espèce de grosse merde de connasse, tout de façon j'te créverai sale salope de merde !!
Tout cela en un souffle, alors je fais comme d'habitude, je ne dit rien pour ne pas ramassée mais je suis saccagé de l'intérieur. Je n'arrive pas à partir j'ai trop peur qu'il me prenne ma fille.
Je n'ai jamais rien dit à personne c'est la première fois que j'écrit à quelqu'un mais je suis vidé et las il m'arrive de plus en plus de songer au suicide mais je ne pourrai vivre sans ma fille mon trésor ma lumière. Tous les coups donnés le sont sur des parties de mon corps ou on ne voit rien (dos, jambes, bras). Je n'ai jamais fait de mains courantes je ne veux pas quelle honte!! De plus j'ai pris beaucouop de poids depuis que je suis avec lui donc souvent les marques sont absorbées dans ma graisse comme il me dit!!
Rien que d'écrire tout ça je me sens pathétique. Je travaille, j'assume les corvées seule, il n'a jamais donné un biberon à sa fille ou lui donner son bain mais il m'assure que si je le quitte il nous tueras tout les trois ou alors il m'enlèvera ma fille. J'ai trop honte pour en parler à ma famille qui ne soupsonne rien tellement je suis une bonne menteuse, je n'ai pas d'ami bien sur car au début de notre relation il m'a fait couper avec tout le monde, il ne me reste que mes parents chéris et ma soeur que j'adore et je crois que dernièrement il essaye de me séparer de ma famille la seule chose qu'il me reste.
Répondez moi s'il vous plait....

Bonjour,
Mais quelle faute imaginaire vous reprochez vous pour vous dévaloriser vous-même avec autant de cruauté ?
Tout dans votre discours n'est que "haine" de vous-même.
Pourquoi, déjà avant ce mariage, vous estimiez vous si peu, pourquoi pensez vous plus ou moins inconsciemment que vous "méritez" de souffrir ?
Je ne voudrais pas faire de la psychologie de comptoir mais j'ai l'impression que face à une maman féministe, dites vous, vous jouez "l'envers du décor"...
Qu'est-ce que vous cherchez à dire, à vous-même et aux autres, en acceptant d'être ainsi humiliée par ce conjoint dont vous connaissiez les problèmes d'identité ?
Je vous conseille vivement de prendre contact avec un professionnel afin qu'on vous aide à mettre à jour vos émotions, le pourquoi de cette forme de "résignation" comme si vous deviez obligatoirement subir les souffrances d'une humiliation.
Ce travail thérapeutique vous permettra de prendre conscience de vos ressources personnelles et vous donnera la force de lutter contre les manipulations sordides de votre mari.
Vous pourrez mieux ainsi résister aux menaces de cet homme par rapport à la garde de votre enfant et prévoir une démarche juridique qui viendra mettre fin à ce désastre.
Ouvrez vous en à votre famille.
Mais d'abord, renseignez vous auprès du centre d'informations sur les droits des femmes le plus proche de votre domicile, dont voici les adresses (c'est gratuit)
* http://www.infofemmes.com/Adresses.html
L'avenir de votre fille et le vôtre exige au moins cette démarche.
Merci de votre autorisation à la publication ; est-ce que nous ajoutons cet e-mail afin que vous puissiez correspondre avec d'autres internautes ?
Merci de me répondre et svp reprenez courage.
Chantal Poignant
Conseil

bonjour,
oui bein sur vous pouvez donner mon email, je souhaiterai correspondre avec d'autres et merci pour votre répnse, je ne voyais pas les choses de cette façon mais je crois qu'il m'a tellemnt dévaloriser que j'en arrive à le croire désormais. Merci

Bonjour,
Merci de votre autorisation.
C'est le principe de la manipulation perverse que de dévaloriser constamment et à petits feux la personne que l'on harcèle jusqu'à ce qu'elle perde toute confiance et toute estime d'elle-même. Comme le manipulateur ou la manipulatrice aura pris soin d'isoler sa victime de ses amis et de sa famille, afin qu'elle ne se consacre qu'à lui (ou elle ), cette victime ne se verra plus que dans les yeux de ce partenaire qui la dévalorise.
Cordialement,
Chantal Poignant
Conseil

Bonjour,
J'ai lu avec attention ce que vous me disiez et effectivement je comprends très bien où il veut en venir malheureusement il est tellement normal et gentil le reste du temps que j'en arrive à me detester car je sais très bien qu'au font il ne changera jamais mais surtout je m'en veux d'être si faible et de ne pas prendre les bonnes décisions car je sais aussi que je ne fais que reculer pour mieux sauter.
Je suis comme les autres et me dit qu'il finira par changer définitivement. Là où je suis en colère contre moi-même c'est que je savais qu'il ne fallait pas accepter que je savais que je ne devais pas continuer et j'enrage car je n'arrive pas à y mettre un terme.
Merci pour votre soutien ça fait du bien.

yerdua0210@live.fr

Bonjour,
"Soit vous êtes découragée et vous pleurez en pensant qu'il est illusoire de se battre, que çà n'en finira jamais et que vous allez subir çà toute votre vie, soit vous prenez la ferme décision de partir".
"Comme vous avez peur de lui, vous allez attendre qu'il ait le dos tourné pour partir, afin de ne pas avoir à l'affronter. Vous irez alors demander de l'aide auprès de votre famille ou de vos anciens amis..."
Il est possible qu'il les ait lui-même déjà contactés afin de leur raconter combien vous avez changé...
Vous risquez de vous retrouver sans soutien réel et s'il n'y a aucune aide à attendre de la famille et des amis (c'est rare cependant), contactez les associations d'aide aux familles.
Refusez tout contact et toute discussion avec lui ("si vous discutez, vous entrez à nouveau sur son terrain et il parviendra à vous convaincre de revenir".)
Dans le refuge que vous aurez trouvé, n'admettez pas une quelconque intrusion de sa part ; "il doit admettre que vous n'êtes plus sa chose, que vous ne lui appartenez plus, que vous n'êtes plus sans défense, que vous n'êtes plus à sa merci et que vous avez trouvé les ressources pour l'affronter".
"S'il sent que vous n'êtes plus sans défense, il finira par vous laisser tranquille".

Ceci est tiré du livre de Catherine DUCLAUT : le harcèlement moral, comment s'en affranchir...Ou le pervers démasqué, éd. Dangles 07
Elle propose aussi un chapitre sur "comment mater le pervers"....au cas où la victime reste !
Cordialement,
Chantal Poignant
Conseil

[page d'accueil] [retour messages, FAQ et réponses] | @